(Article paru sur le blog Exigeant, le 12 décembre 2008)

---o@o---

Num_riser2


Jamais facile de parler du plaisir tiré à la lecture d'un livre écrit par quelqu'un que l'on connait bien.

Yves est un passionné de la montagne et un passionné tout court.

Je devine qu'il a tiré un plaisir jouissif à construire l'intrigue, à faire référence, pour s'en moquer, à la vague ésotérique qui déferle sur les polars. A faire apparaître les coulisses du pouvoir (présidentiel) pour mieux s'en jouer et souligner combien il est facile de faire prendre des vessies pour des lanternes...
Il ose aussi instiller le doute sur les valeurs sacrées des hommes de la Montagne. Et si le mensonge était possible ? Et si la raison d'état était supérieure à tout ? Et si c'était ainsi que se construisaient les héros ?

Son livre est un travail ciselé à l'image de ces montagnards qui passent l'hiver dans les alpages en sculptant le bois.

Bouffée de fraîcheur, envie croissante d'arriver au dénouement, Yves nous prend, mine de rien, pour nous emmener très loin. Il nous encorde soigneusement pour nous hisser au sommet de nos illusions.

J'avais déjà beaucoup aimé "mourir à Chamonix" et si vous cherchez une idée de cadeau, ce livre tombe à pic !

Je ne résiste pas au plaisir de vous dévoiler l'image d'Yves dont le regard sans cesse pétillant et malicieux est un réel plaisir.

Yves_Ballu


Pour en savoir un peu plus sur Yves Ballu, c'est ICI.

Pour la vilaine, lien du livre à la  FNAC au prix de 18,96 euros

 

---o@o---

Commentaires

 

Envie pressante de le

lire!
Merci de nous le faire découvrir par ta présentation!

Posté par too banal, 12 décembre 2008 à 01:42

 

too banal : je suis content de savoir que tu erres ici parfois. Sourire. J'espère que tu auras autant de plaisir à le lire que j'en ai eu. Tu nous le diras ?

Posté par Exigeant, 12 décembre 2008 à 09:47

Ca donne envie !

On le trouve à la Fnac ? A quel prix ?
(encore quelques progrès à faire dans ton métier d'agent littéraire ;-)

Posté par vilaine fille, 13 décembre 2008 à 11:51

Et puis quoi encore ?

vilaine : agent littéraire, surveillant d'écrivaine, je vais bientôt pouvoir quitter l'ANPE :p. Je t'ai mis le lien de la Fnac et le prix en bas de l'article. Bises

Posté par Exigeant, 13 décembre 2008 à 12:39

नमस्ते

Namche Barwa avec une référence à la FNAC, on ne peut s'empêcher de penser à Namche, heu pardon, au sacré Bazaar ;)

Namasté

Posté par N'est pas laid, 05 janvier 2009 à 11:49

N'est pas laid : merci pour ce commentaire abscon (dire que c'est du chinois pour moi serait une faute de goût), si tu veux bien nous proposer une grille de compréhension, j'en serais ravi ! ;)

Posté par Exigeant, 05 janvier 2009 à 12:23

Plaisir

J'ai viens de passer la nuit avec le livre d'Yves Ballu, incapable de le lâcher... J'ai eu froid dans la montagne, j'ai été épuisée, j'ai été émue, j'ai eu peur, j'ai souri, j'ai réfléchi, j'ai tremblé, je me suis indignée, mais je ne l'ai pas lâché avant d'arriver au bout... Bref j'ai adoré.ce livre, qui emmène sur des chemins escarpés, tortueux et haletants à souhait.
Merci pour le conseil de lecture, je file acheter l'autre ! :)

NB : Pour Namcha Bazar, c'est à la page 476 ;)

Posté par Nerilka, 06 janvier 2009 à 10:00

 

Nerilka : promis, juré, je me renseigne auprès d'Yves Ballu pour savoir quand il dédicace son livre dans ton coin !!! ;)

Posté par Exigeant, 06 janvier 2009 à 19:27

d'Yves Ballu

Extrait d'un mail reçu d'Yves Ballu :
"Je t'adresse également des remerciements, car non seulement tu as écrit des belles choses sur ton Blog, mais tu as, semble-t-il, fait partager ton enthousiasme à d'autres. J'ai particulièrement apprécié le dernier commentaire de Nerilka : elle a trouvé dans mon bouquin ce que j'y avais mis, caché parfois. Quand on écrit une lettre, on l'adresse à quelqu'un. Un livre, on l'adresse à tout le monde, c'est à dire à personne. On ne choisit pas ses lecteurs... Alors, quand au détour d'un blog, on a l'impression d'avoir partagé des émotions, d'avoir fait un bout de chemin, avec l'un d'eux (ou l'une d'elles), c'est magique ! Un peu comme si on avait écrit le livre pour lui (ou pour elle). Dans "Mourir à Chamonix", j'ai essayé de montrer combien les autres sont indispensables - simplement pour savoir si on existe ("Que vont devenir les autres quand je n’aurai plus besoin d’eux ?"). C'est quelque chose à quoi je crois profondément dans ma vie. Pour l'écrivain, c'est peut-être encore plus évident. Alors, quand on a réussi à épuiser, à émouvoir, à faire peur, sourire ou réfléchir, à susciter l'indignation... on se dit que ça valait le coup de se creuser la cervelle, le cœur et les tripes. Et on se remotive pour... continuer. C'est ce que je suis en train de faire..."

Posté par Exigeant, 14 janvier 2009 à 02:59

merci

Que du bonheur vous m'avez donné quel suspense digne d'un Agatha Christie et tellement humain.  On a du mal à vous quitter le matin fatiguée j'attends avec impatience le prochain livre.  J'espère que je vais pouvoir trouver vos précédents livres, car la curiosité est l'un de mes plus gros défauts encore un grand merci pour ces moments de pur plaisir je vous dit à très bientôt

Posté par lagronouille, 14 janvier 2009 à 18:11

---o@o---