Jean-Frédéric Bouchet a animé récemment une soirée débat sur "La conjuration du Namche Barwa". Avant de m'interroger, et au fil de ses questions, il a fait une analyse (il est psychiatre...) des personnages, de leur comportement, de leur évolution, de leur langage... et il a eu la gentillesse de résumer en quelques mots les commentaires passionnants qu'il a livré lors de cette soirée. Les voici :

"Je vous propose la lecture que j'ai faite du dernier livre d'Yves Ballu, la conjuration du Namche Barwa.
J'ai considéré l'Ordre du Numineux comme le personnage principal du roman; c'est un être parlant qui use d'un langage singulier, constitué à partir d'un point de certitude : il sait ce qui pousse les alpinistes à gravir des sommets toujours plus hauts et difficiles.
Ce point de certitude originel le rapproche du discours du paranoîaque.
A partir de là, il se développe, nous dit l'auteur, en phrases courtes, énigmatiques, remplies de significations. Nous assistons à la transformation des différents personnages qui adhèrent à cet ordre fait de discours et leur destin semble dépendre de la signification qu'il lui donne.
Prenons deux exemples :
-Hervé Marion est poussé à devenir un héros quelque peu mensonger. Le récit de ses exploits s'éloigne de la réalité au point d'en devenir presque délirant.
- Le président Laurier en est tellement imprégné que ses propos sont truffés de citations. Même devant l'évidence, il y tient comme à une partie de lui-même et en paraît débilisé.
La malédiction du Numineux est à prendre à la lettre, à entendre comme un mal-dire qui nous entraine sur la pente d'une signification fausse et dangereuse.
Remarquons enfin que le personnage qui y échappe, arrive à résoudre l'énigme.
Que ce soit une femme, n'est certainement pas un hasard et  ne tient pas à l'intuition dite féminine. Certaines femmes plus que les hommes ont cette capacité à s'extraire de la signification. Ce rapport qu'elles entretiennent alors avec le hors-sens, peut les faire apparaître comme un peu folles, mais leur donne parfois, cette capacité d'être dans une grande proximité avec la vérité."
Jean-Frédéric Bouchet

Ci-dessous, lors d'une précédente soirée qu'il avait également animée autour de "Mourir à Chamonix" (Jean-Frédéric est à gauche)

Soir_e_Rotary_005